TULLIA MORAND Big-Band au Sunset

Mardi 14 mai, je joue avec le Big Band de Tullia Morand au Sunside, le célèbre club de la rue des Lombards à Paris. 

Concert en deux sets de 45mns à partir de 19h30.  
Venez nombreux !
Tullia est une compositrice & arrangeuse très douée que j’aurai le plaisir de recevoir à l’école ARPEJ pour présider le jury de ma classe d’arrangement le 27 juin prochain. 

Le Big Band d’ARPEJ au MARCOUNET

Ce samedi 20 avril, nous jouerons sur la péniche le Marcounet. Il fera beau; profitez-en pour nous rejoindre et applaudir ce bel orchestre qui joue un répertoire éclectique à la suite duquel vous pourrez participer à un boeuf endiablé sous la houlette experte de Michel Goldberg. 

Jazz et oeufs de Pâques...

Concert de Pâques du département jazz en ce lundi 15 avril à 20h à l’auditorium du conservatoire. 

L’occasion pour nous de faire jouer deux ateliers qui répètent chaque semaine depuis le début del’année. 
Le premier sous la direction de Vincent BOURGEYX, (remplacé pour l’occasion par BENJAMIN GOBINET)  et un deuxième ensemble dirigée par YVES TORCHINSKY. 
En seconde partie, le Big Band Paris Saclay a joué quelques uns des titres phares de  son répertoire éclectique. 
Public clairsemé mais ambiance sympa. 
Nous avons mis en place une mailing liste pour suivre l’actualité du big band et du département jazz du conservatoire. Rejoignez nous ici: 

Le Big-Band Paris Saclay chez YVETTE

Premier concert du big Band du conservatoire ce vendredi 12 avril chez YVETTE, une salle de spectacle située en face de l’école CENTRALE sur le campus de l’université Paris Sud. 

Au programme, des chansons et des morceaux dynamiques et enthousiasmants en direct de la Nouvelle Orléans. 
À la fin du concert, on enchaine avec un bœuf où vous êtes tous conviés. 
☹️ Nous avons joué à YVETTE: ACCUEIL INEXISTANT, dommage... n’y allez pas !!!
Le big band n’y jouera plus tant que l’endroit sera géré par «La lune rousse »

CONGO SQUARE à Joinville le Pont

Très beau souvenir que ces deux concerts autour de mon projet CONGO-SQUARE, donnés hier à l'invitation du conservatoire de Joinville le Pont.

Un beau moment de musique partagée avec une chorale de 30 enfants, une harmonie 1er et 2ème cycle et 1 big-band de jazz. Nous nous sommes tous retrouvés dès 15h30 pour deux concerts qui auront je l'espère, donné envie aux jeunes et moins jeunes de jouer cette musique riche et généreuse.

Merci à Benoit Aymé, directeur du conservatoire, à Candice Carville, cheffe de choeur, à Rémi Marchand, prof de percussions, à Yonnel Diaz, chef du big band et surtout à mon ami, le trompettiste Gregory Fatout qui est à l'origine de ma venue.

Prochain concert le 16 juin, sur l'île Fanac de Joinville le Pont où se trouve le conservatoire avec une troupe de danseuses qui s'ajoutera aux nombreux participants déjà cités plus haut. Venez nombreux! 

LE BIG-BAND d'ARPEJ à l'ATRIUM

Le big Band d'ARPEJ que je dirige depuis deux ans s'est produit hier soir à l'ATRIUM, un e petite salle de spectacles aménagée au sein de la Clinique Edouard Rist à Paris.

Cet établissement accueille principalement des jeunes avec des pathologies souvent très lourdes et parfois en voie de réinsertion sociale.

Nous avons été accueillis avec chaleur et le concert s'est déroulé dans des conditions exceptionnelles avec un public nombreux et chauffé à blanc, digne du stade de France :)

Une belle expérience à renouveler.

PORGY & BESS à Bobigny

Le Conservatoire Jean Wiiener de Bobigny m’a invité pour une master classe et un concert autour de l’opéra Porgy & Bess de George Gershwin. Une occasion pour faire la connaissance desélèvesdudépartement jazz du conservatoire , encadrés par des professeurs exceptionnels (Déborah Tanguy-Sedres, Maxime Fougères , Manu Marches et mon ami de 30 ans, Patrick Villanueva :) 
Cette invitation m’a donné l’occasion de ressortir des cartons des arrangements que j’avais réalisés il y a quelques années pour un spectacle au Théâtre du Vélin, en banlieue lyonnaise, avec les professeurs du conservatoire de Bourgoin Jallieu. 
Pas la même instrumentation cependant puisqu’on passe d’un ensemble de 10 avec 6 soufflants à un sextet avec tpt, sax alto et Tbne. 

Les Regards de l'ICART

J'ai eu le plaisir de participer à la première édition des ''Regards de l'ICART'' ce lundi 18 mars 2019.

C'est un prix qui récompense un court métrage et qui se décline en 5 catégories dont celle de meilleure musique originale.

 

Le jury était composé de personnalités du monde du cinéma qui ont regardé les 20 courts métrages proposés avec beaucoup de professionnalisme et de bienveillance. Le palmarès éclectique reflète bien à mon avis les tendances actuelles du cinéma.

 

Merci à mon ami Pierre Gaffié, réalisateur, qui enseigne à l'ICART et qui intervient dans ma classe de musique à l'image pour parler de son métier.

 

Pour la remise du prix de la meilleure musique originale, on m'a demandé  de préparer quelques lignes que je livre ici et dont certaines sont inspirées en partie d'un article de Patrick Sigwalt, paru dans le Huffington Post:

 

Nous avons tous des souvenirs de films qui se passent volontiers de musique tant le scénario, le jeu des acteurs et la mise en scène est intense (Les Oiseaux- Hitchcock, Le Trou - Jacques Becker, No country for old men -frères Cohen, Jusqu’à la garde - Xavier Legrand)

 

Mais nous avons aussi en tête nombre de films dans lesquels la musique tient un rôle essentiel: ‘’La liste de Schindler’’ (John Williams), ‘’un été 42’’ (Michel Legrand),  ‘’il était une fois en amérique’’ (Ennio Morricone) mais il y en a tant d’autres…
Le compositeur, c’est le personnage qui intervient à la fin de tout le processus (tournage, montage…) et qui réinvente ce dont le réalisateur a rêvé parfois pendant des années. C’est une immense responsabilité.
Pourtant , le métier de compositeur a beaucoup changé. Pour des raisons économiques, la musique de film qui nécessitait l’intervention d’une dizaine de professions différentes est devenue le plus souvent le fruit du travail d’une seule personne travaillant en solitaire avec un ordinateur. 
Les budgets alloués à la musique sont malheureusement en baisse constante.
Il serait urgent de mettre en place une vraie politique culturelle d’accompagnement de la création musicale, afin de valoriser à l’heure du numérique, le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, seuls véritables garants de la liberté et de la diversité de création...